Posted on Littérature / Mes avis culturels

Dans les forêts de Sibérie

« Assez tôt, j’ai compris que je n’allais pas pouvoir faire grand-chose pour changer le monde. Je me suis alors promis de m’installer quelque temps, seul, dans une cabane. dans les forêts de Sibérie. J’ai acquis une isba en bois, loin de tout, sur les bords du lac Baïkal.

Là, pendant 6 mois, à cinq jours de marche du premier village, perdu dans une nature démesurée, j’ai tâché de vivre dans la lenteur et la simplicité. Je crois y être parvenu. Deux chiens, un poêle à bois, une fenêtre ouverte sur un lac suffisent à l’existence.

Et si la liberté consistait à posséder le temps? Et si la richesse revenait à disposer de solitude, d’espace et de silence – toutes choses dont manqueront les générations futures?

Tant qu’il y aura des cabanes au fond des bois, rien ne sera tout à fait perdu. » (4è de couverture du roman)

eUn livre racontant 6 mois vécus en ermite, affrontant le froid, la recherche de nourriture, la solitude, la perte d’un amour. Sylvain Tesson fournit une énergie hors du commun pour s’adapter à la nature, hostile à l’être civilisé. L’auteur m’a emportée dans son élan de vie au plus près de la nature, puisant en lui-même les forces nécessaires. Il savoure chaque moment de vie comme un cadeau, dépourvu de tout artifice, dans le fondamental. Un retour aux sources.

Partagez!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *