Posted on Expositions

« The world stage » est un projet au long cours qui a vocation à se poursuivre et s’étendre. Entamé en Chine, il a conduit l’artiste de l’Afrique à Tahiti, en passant par le Brésil, l’Inde et le Sri Lanka, Israël, la Jamaïque et Haïti. Le processus de création obéit à un protocole ouvert qui se répète pourtant avec une certaine régularité. Accompagné de son équipe, Kehinde Wiley explore les rues des villes parcourues à la recherche des modèles espérés. Il aborde les élus potentiels, explique son travail et les invite à une séance de pose. Dans un atelier éphémère s’engage alors un dialogue autour du portrait à venir. En fonction de la teneur du projet, Wiley propose des sources historiques susceptibles de constituer une armature iconographique: affiches de propagande communiste pour la série chinoise, tableaux orientalistes pour la série sur l’Inde, iconographie rituelle juive pour Israël, peintures du Louvre pour son travail sur l’ancien empire colonial, toiles de Paul Gauguin pour Tahiti. Les photographies des modèles sont ensuite incorporées à des compositions complexes où les motifs et les formes décoratives de l’arrière plan, parfois inspirés de tissus traditionnels glanés sur les marchés locaux, jouent un rôle primordial et tendent à rivaliser avec le modèle pour occuper l’espace. Ils étreignent leur sujet avec une intention trouble: mieux l’emprisonner pour mieux le magnifier. L’environnement d’une scène, c’est à dire la rumeur qui l’accompagne et lui offre sa spécificité, son ancrage dans le temps et l’espace, n’est-elle pas plus cardinale que la scène elle-même? Le modèle et son décor peuvent-ils se passer l’un de l’autre? Numa Hambursin, commissaire de l’exposition, extrait du catalogue

J’ai été fascinée par l’exposition de ces tableaux de dimension inattendue. Ils sont magnifiques avec leurs couleurs vives, d’une grande originalité et force. Ils nous interpellent, nous donnent à réfléchir sur ces peintures d’aujourd’hui installées dans un décor historique. Elles sont d’une puissance incroyable et semblent s’adresser directement à la visiteuse.

Ne rater sous aucun prétexte ce peintre, Kehinde Wiley, s’il se trouve annoncé.

Partagez!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *